Après 12 années d'existence, la plate-forme grand public d'affinitiz n'a pas pu atteindre l'équilibre financier et va malheureusement fermer ses portes le 30 avril 2014. Pour plus d'information, merci de vous référer à cet article de blog.

Pour tout savoir sur l'usage de Facebook comme outil marketing pour votre marque ou entreprise.

avr.
28
0.0

iStrategy Amsterdam, 11 & 12 Mai : découvrez pourquoi les annonceurs continuent à gaspiller leur argent sur Facebook.

  • Par affinitiz le

Les 11 et 12 Mai prochains se tiendra à Amsterdam la conférence iStrategy. Cette conférence rassemble les plus grands noms du web social (Mashable, Foursquare, Zynga, Socialbakers, Facebook, LinkedIn) et des marques de premiers plans qui viennent témoigner de leur expérience en matière de stratégie sur les media sociaux (evian, BMW, L'Oréal, Philips, Playboy, Nokia, ebay, MMA, etc.).


Un événement incontournable qui a lieu 4 fois par an à San Francisco, Melbourne, Washington DC et Amsterdam (le seul en Europe).


Nous avons le plaisir d'y animer un atelier sur le sujet: « Social CRM, why are brands wasting money on Facebook when they can be making profit ».


Nous y aborderons les thèmes suivants :

  • Pourquoi les « conversations » sans qualification ne génèrent pas assez de valeur;
  • Comment pouvez-vous qualifier vos fans sur Facebook et pourquoi c'est important;
  • Pourquoi le CRM est la clé du ROI sur Facebook.

  • Ces sujets vous intéressent ? N'hésitez pas à nous faire signe, nous pourrons peut-être vous aider !


    Au plaisir de vous croiser à Amsterdam !


    mars
    8
    0.0

    RESPECT DES CGU FACEBOOK : L'EXEMPLE DE KIABI A-T-IL CHANGE LES HABITUDES DES MARQUES ? PAS TOUJOURS...

    • Par affinitiz le
    • Dernier commentaire ajouté

    Mois après mois, Facebook prend une place de plus en plus importante dans les stratégies marketing des marques, petites et grandes. Toutes font preuve d'imagination pour recruter des fans, créer une relation avec eux et tenter d'utiliser Facebook pour se faire connaître, vendre des produits et services et renforcer le lien existant avec leurs audiences.


    Mais cette imagination a des limites, limites posées par Facebook lui-même dans le cadre de ses Conditions Générales d'Utilisation (CGU). Le non respect de ces dernières peut en effet être la cause d'une fermeture de compte et/ou de page, et être banni du réseau social peut être douloureux si l'on s'est donné du mal pour y être présent.


    Le microcosme des community managers se souvient encore de la mésaventure subie par Kiabi qui avait vu sa page désactivée par Facebook pour non respect des fameuses CGU. Cet épisode avait fait couler beaucoup d'encre dans les milieux « autorisés » ;-).


    Nous nous sommes donc demandé si la « jurisprudence Kiabi » avait changé les (mauvaises) habitudes des marques sur Facebook ? Ce n'est pas toujours le cas.


    Si certaines pages sont aujourd'hui dans un total respect des CGU, nous verrons que d'autres semblent jouer avec le feu (sûrement sans le savoir d'ailleurs!).


    Petit rappel : c'est quoi les CGU de Facebook ?


    Pour résumer en quelques mots, les jeux concours et autres tirages au sort sont interdits s'ils fonctionnent en utilisant les fonctions natives de Facebook.

    En d'autres termes , le fait de gagner un jeu concours sur Facebook ne peut donc pas être déterminé selon les actions suivantes :

    - poster une publication sur le mur de la page ;

    - aimer la page ou une publication de la page;

    - commenter le statut de la page ;

    - obtenir des votes sur une de ses publications (photos, commentaire, statuts...) ;

    - ou toute autre action qui utilise l'une des fonctionnalités proposées nativement par Facebook sur sa plate-forme.


    Les raisons qui motivent ces règles ? Elles sont doubles :


    - éviter de biaiser le niveau d'activité d'une page ; et

    - préserver la responsabilité de Facebook.


    Sur le premier point, il faut savoir que la visibilité d'une page dans le flux d'actualités de ses fans dépend fortement de la quantité et de la qualité des interactions entre eux. Par conséquent, si une page propose de créer des commentaires ou d'aimer des publications pour gagner quelque chose, les fans vont artificiellement créer un fort degré d'interaction et la page bénéficiera d'une « bonne note » aux yeux de l'algorithme de Facebook, note qui ne correspondra pas à une réalité. Laisser prospérer ce type de pratique serait assurément très risqué à moyen terme pour la qualité des échanges que permet la plate-forme. Bref, ces fonctionnalités ont été créées dans un objectif précis et ne doivent pas être détournées sauf à être dénaturées.


    Le deuxième point est sans doute le plus important pour eux. En effet, si le fait de gagner ou de perdre un concours dépend de l'utilisation d'une fonction native de Facebook, il dépend donc aussi de son bon fonctionnement. En laissant des jeux concours utiliser ses fonctions native, Facebook s'exposerait donc à des poursuite si un perdant estimait qu'il a perdu à cause d'un dysfonctionnement technique du site (mon commentaire n'a pas été publié, mon « j'aime » n'a pas été pris en compte, etc.). Pour la même raison, il est également interdit de prévenir les gagnants en utilisant les fonctions de Facebook (publication sur le mur de la page ou messagerie privée).


    Pour entreprendre un jeu-concours, il est donc impératif de développer une application qui n'utilisera pas les fonctions natives de Facebook mais ses propres fonctionnalité. Ainsi, les deux soucis évoqués ci-dessus disparaissent : Facebook ne peut pas être tenu responsable du bon fonctionnement d'une application tierce et cette dernière ne peut pas augmenter artificiellement le taux d'activité de la page.


    Malgré l'existence de ces règles et une publicité de plus en plus importante autour de leur existence, de nombreuses marques continuent à jouer en dehors des clous et à prendre des risques.


    Pourquoi certaines marques ne respectent pas les règles ?


    Il y a probablement deux raisons principales à cela. La première est la méconnaissance des règles du jeu. Beaucoup de marques ont confiée la gestion de leur page Facebook à un stagiaire ou à un employé qui n'avait pas forcément la formation nécessaire. C'est souvent le cas pour des raisons budgétaires. En dépit de leur motivation et de leur bonne volonté souvent bien réelles, ces community managers en herbe manquent de l'expérience nécessaire.


    La seconde est sans doute aussi liée à une question budgétaire : créer un concours utilisant les fonctions natives de facebook ne coûtent rien et est très facile à mettre en oeuvre alors qu'une application a un coût et requiert un peu de travail de rédaction, design, gestion de projet. Bref, c'est moins facile et moins « gratuit ».


    Mais que fait la police ! Ou pourquoi certaines pratiques « interdites » demeurent impunies


    Bien que certaines pages continuent à lancer des opérations qui ne respectent pas les CGU, elles ne subissent pas toutes pour autant le sort qu'à connu la page de Kiabi en Décembre dernier. Rien ne se passe et elles passent à travers les mailles du filet Facebook sans encombre. Pourquoi ? Tout simplement parce que Facebook n'a pas les moyens de surveiller chaque page pour s'assurer que leurs méthodes respectent ses règles. La sanction est donc plus rare que l'impunité. Mais c'est comme rouler trop vite sur autoroute, on peut éviter les radars pendant un certain temps, mais le risque de perdre son permis devrait tout de même être dissuasif.


    Mais alors, qu'est-ce qui fait que Facebook repère tel contrevenant plutôt que tel autre ?


    C'est très simple, Facebook n'a qu'un seul moyen de repérer les contrevenants : il faut pour cela que l'information lui parvienne ! Cette information peut lui parvenir de deux manières : soit par dénonciation (ça arrive !) soit parce que la surveillance automatique a identifié un comportement suspect. Qu'est-ce qu'un comportement suspect pour les robots de modération de Facebook ? Tout simplement une très forte activité sur la page (ou le compte). Le plus souvent, c'est une très forte croissance du nombre de fans (ou d'amis pour un compte) qui déclenche une surveillance approfondie. C'est d'ailleurs ce qui avait été à l'origine des mésaventures de Kiabi : la semaine précédent sa désactivation, elle était l'une des pages ayant la plus forte croissance de fans sur Facebook (dans le classement publié sur allfacebook.com).


    En clair, si vos activités « illégales » ne génèrent pas un très fort accroissement du nombre de vos fans, vous resterez probablement en dessous du radar, mais si ça marche, vous prenez de gros risques. Une conclusion un peu perdant / perdant...


    Concrètement, ça ressemble à quoi un contrevenant sur Facebook ?


    Pour illustrer le propos, voici un florilège d'exemple de pratiques interdites par Facebook relevées au cours des 4 à 6 semaines dernière (tout frais donc...). Ces exemples n'ont pas pour but de taper sur leurs auteurs mais plutôt de vous donner des exemples concrets de ce que vous ne devez pas faire. (Pour accéder à ces exemples, il vous faut accéder à l'article lui-même, en cliquant ici).


    Vous noterez également qu'il y a assez peu de TPE/PME dans les exemples retenus, preuve que même les marques les plus connues sont encore dans une phase de tâtonnement et qu'il reste du chemin à parcourir pour que l'usage de Facebook par les marques se professionnalise et devienne vraiment une composante stratégique de leurs efforts marketing !


    Liens vers les différents règlements Facebook :

    http://www.facebook.com/terms_pages.php

    http://www.facebook.com/promotions_guidelines.php

    http://www.facebook.com/ad_guidelines.php


    févr.
    8
    0.0

    Une collection de guides pratiques du Marketing sur Facebook, disponible dés maintenant et gratuitement !

    • Par affinitiz le
    • Dernier commentaire ajouté

    Et pour commencer, bien que gratuits, ces guides ont été rédigés sur le long terme, au fil des expériences vécues. Autrement dit, même gratuits, ces guides sont le fruit d'un travail sérieux et approfondi, répondant aux questions de l'intégration Facebook et le développement de sa page.


    Chez affinitiz, nous avons décidé d'orienter notre expertise des réseaux sociaux vers Facebook et l'accompagnement des marques à intégrer cette plate-forme (nous conservons également notre savoir-faire en termes de communautés dédiées !).


    La question est aujourd'hui au centre des décisions Marketing et CRM des entreprises : pourquoi ? Comment ? Voici les deux problématiques auxquelles les enseignes font faces.


    Ainsi, à travers 4 guides pratiques, nous tentons d'éclairer ces questions qui peuvent être un obstacle à l'intégration des entreprises sur Facebook.


    Notre premier guide pratique débroussaille le chemin de ces premières interrogations : « Facebook, y aller ou pas et pour y faire quoi ? » répondra sûrement à vos doutes et/ou confirmera peut-être certains de vos projets.


    Ces 40 premières pages vous expliqueront de manière simple, ludique et pragmatique, les enjeux d'une présence sur Facebook et quels sont les bénéfices (au sens large du terme !) à en tirer.


    - Est-il trop tôt ou trop tard pour se lancer sur Facebook ?

    - Facebook est-il vraiment fait pour tout le monde ?

    - Quel type de présence choisir : Page, Groupe ou Profil ?

    - Les 10 raisons de créer une page Facebook

    - Les 10 choses que Facebook ne peut pas faire


    En vous inscrivant à ce premier guide pratique, pour recevrez automatiquement les guides suivants et à intervalles réguliers !


    N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions, nous serons heureux de pouvoir vous aider !


    Les guides suivants porteront sur :

    - Attirer, convertir et fidéliser les fans ;

    - La publicité sur Facebook ;

    - L'animation et la modération de page Facebook ;

    - et d'autres à venir... !


    janv.
    30
    0.0

    Va-t-on vers une saturation du nombre de pages « fans » sur Facebook ? 10 bonnes raisons de ne pas s'inquiéter !

    • Par emeric le
    • Dernier commentaire ajouté

    Sur Facebook un utilisateur moyen « aime » entre 4 et 6 pages par mois. Le phénomène n'en est qu'à ses débuts en France, mais l'on peut d'ores et déjà se poser la question de ce qu'il se passera lorsque le nombre de pages aimées par un utilisateur passera de quelques unes à plusieurs dizaines, voire centaines en quelques mois.


    En effet, théoriquement, plus les utilisateurs de Facebook aimeront de pages, et moins chacune d'entre elles aura de chance d'apparaitre dans leur fil d'actualité (et donc d'être visible par eux). Le nombre de pages aimées est extensible, le temps d'attention des fans et la place disponible dans leur fil d'actualité ne l'est pas. Faut-il s'en inquiéter ? Est-ce que le marketing sur Facebook va tendre à perdre en efficacité au fil du temps?


    La dernière page « aimée » par un utilisateur a-t-elle réellement moins de valeur que la précédente ou que celle qu'il a « aimée » 20 pages plus tôt? La page 320 a-t-elle perdu son temps en le recrutant ? Cette page est-elle juste un nom de plus dans une liste sans vie ?


    Ce sont des préoccupations légitimes.


    Il est clair qu'un internaute qui « aime » une centaine de pages (et donc de marques) et a 200 amis ne va pas pouvoir matériellement lire chaque jour tous les messages qui lui parviendront de ces centaines d'émetteurs de contenu et d'information.

    Mais s'il est incontestable qu'il va falloir, comme sur tous les autres supports, se battre de plus en plus pour capter l'attention, Facebook restera un support efficace pour ceux qui sauront l'utiliser à bon escient.


    Voici quelques raisons (10 exactement !) pour lesquelles vous ne devriez pas vous inquiéter quant à la visibilité de votre présence sur Facebook.


    1. Même si votre page a été « aimée » récemment, vos publications n'ont peut-être pas les meilleures chances d'être visibles dans le fil d'actualité par défaut (« A la une »), mais elles resteront visibles si l'internaute consulte son fil d'actualité dans le mode « plus récents ». N'étant pas l'affichage par défaut, il n'est pas le plus consulté par la majorité des utilisateurs, mais il l'est par les plus actifs.


    2. L'affichage des publications « a la une » repose sur un algorithme qui privilégie les pages (et amis) avec lesquels le membre a le plus d'affinités. Mais l'essentiel, c'est qu'un utilisateur « dit à Facebook ce qui est le plus pertinent pour lui » en fonction de son activité sur le site, ce qu'il aime, commente... Par conséquent, l'affichage « à la une » regroupe les nouvelles les plus pertinentes (selon Facebook) pour cette personne. En clair : si une page arrive à créer des interactions régulières (visites, clics, commentaires, likes) avec ses fans, elle augmentera ses chances d'apparaître dans leur fil d'actualité, Sans se soucier dune éventuelle saturation.


    3. Même si vos fans ne vous voient plus dans leur fil d'actualité, vous pouvez toujours leur adresser des messages directement dans leur messagerie Facebook via la fonctionnalité « mise à jour ».


    4. Si vos fans ne vous voient plus dans leur fil d'actualité et qu'ils ne lisent pas vos messages envoyés via les mises à jour, vous pourrez toujours créer des campagnes publicitaires sur Facebook qui seront destinées uniquement à vos fans. Le fait qu'ils vous aient « aimé » un jour les rendra probablement plus réceptif à vos messages.


    5. Une fois que vous avez recruté des fans, vous pouvez créer des campagnes de publicités qui ciblent leurs amis, même plusieurs mois après.


    6. Le fait qu'une personne aime votre page informe automatiquement ses amis, un nouveau fan, c'est plusieurs autres fans potentiels par le simple effet de la viralité.


    7. Avoir un grand nombre de "j'aime" sur sa page est essentiel. C'est un gage de sérieux, et de réassurance. Une marque ayant de nombreux fans est forcément une marque « aimée » et donc sérieuse et légitime dans son domaine.


    8. De plus, plus vous avez de fans, plus il y a de chance qu'un nouveau visiteur de votre page ou de votre site Internet voit que l'un de ses amis vous aime déjà, cela donnera un sérieux coup de pouce à votre image auprès de ces nouveaux prospects.


    9. Même si vos fans vous voient moins car vous avez délaissé votre page pendant quelques semaines ou mois, ou que vous n'avez pas eu les ressources nécessaires pour animer cette dernière, rien n'est jamais perdu. Une fois vos fans acquis, vous pourrez toujours les réactiver et susciter à nouveau leur intérêt et leur attention. Si vous perdez de l'attention par rapport à des pages concurrentes, changez de stratégies et vous pouvez revenir sur le devant de la scène du fil d'actualité.


    10. Sur Facebook comme dans la « vrai » vie, il n'est pas possible d'avoir 100% de l'attention de tout le monde. Vous perdrez l'attention de certains de vos « fans » mais conserverez celle de ceux pour qui vous comptez, et ce sont les plus importants pour vous.


    Sur Facebook comme sur tous les autres supports disponibles, la concurrence est inévitable. La peur d'être en concurrence vous a t-elle déjà fait quitter un marché ou un media ? Probablement pas. Heureusement d'ailleurs !


    Plutôt que de craindre une future concurrence, préparez-vous vous à la terrasser en étant pionnier, innovant et, au final, meilleur qu'elle. C'est votre meilleure garantie de continuer à bénéficier pour longtemps des avantages de Facebook.



    Le sujet du marketing Facebook vous intéresse?

    Téléchargez nos guides pratiques sur le marketing Facebook!


    Suivez-nous sur Twitter.

    Retrouvez-nous sur Facebook

    janv.
    22
    0.0

    "The Facebook marketing book", à réserver aux néophytes...

    • Par emeric le

    Comme tous les livres papiers, il est déjà dépassé sur certains points (vous n'y trouverez pas de mentions de Facebook Places, du nouveau format de profil ou de groupes ou encore des "deals" qui arrivent en France en février).


    Si vous êtes expérimenté sur Facebook, vous n'y trouverez pas beaucoup de conseils que vous ne connaissiez déjà. Par contre, si vous découvrez Facebook et souhaitez mieux comprendre ce qu'une marque peut en retirer, il sera une bonne introduction.

    The Facebook Marketing Book

    Dan Zarrella (Livre)


    déc.
    24
    0.0

    Facebook gâche le noël de Kiabi ou comment les marques oublient qu'être sur Facebook n'est pas qu'un jeu rigolo

    • Par emeric le
    • Dernier commentaire ajouté

    Cela devait arriver, et c'est arrivé, Facebook a (enfin) décidé de faire respecter ses conditions générales d'utilisation avec force en fermant l'une des pages Facebook de marques les plus importantes en France, elle comptait tout de même 130.000 fans. Elle n'est peut-être pas fermée ad vitam, mais le service web marketing de la marque va se souvenir de son Noël 2010...


    L'histoire est simple, Kiabi crée sa page sur Facebook et se dit, comme beaucoup de marques, qu'y organiser des jeux concours va lui permettre d'augmenter son nombre de fans. Et comme elle ne veut pas trop investir, elle organise ses concours au sein même de son mur. En clair, elle publie une question et promet à ceux qui y répondent en commentaire (ou en publiant une photo d'eux sur la page en habits Kiabi) d'être tirés au sort pour gagner quelque chose.


    L'idée est géniale puisque cela génère des dizaines de commentaires et "likes" sur chaque publication de la marque et augmente donc artificiellement son score d'engagement. Comme ce score est une composante essentielle de l'algorithme qui assure la visibilité de ses publications dans le fil d'actualité de ses fans, c'est le bingo tous les jours sur la page de Kiabi!


    Sauf que cette pratique est interdite par les CGU de Facebook depuis plus d'un an. Pourquoi? Très précisément pour interdire aux marques de gonfler artificiellement leur taux d'engagement en détournant les commentaires de leur but initial : converser. En effet, dans les cas de ces jeux concours en mode "guerilla", les commentaires ne sont pas fait pour converser avec la marque et démontrer ainsi une affinité entre la marque et ses audiences, mais juste pour gagner une paire de chaussette ou un ipod. Il est aussi possible que Facebook préfère que les jeux concours ne soient pas organisés dans son application pour éviter des responsabilités juridiques potentielles.


    En premier lieu, cette règle existe depuis plus d'un an, la méconnaître relève d'un manque de professionnalisme patent.


    En second lieu, cette règle est juste et justifiée. Détourner une fonctionnalité de Facebook pour gonfler artificiellement son audience et son taux d'activité n'est pas intelligent ni juste pour des autres marques (comme celles avec lesquelles nous travaillons) qui, elles, jouent le jeu dans les règles.


    Double condamnation de Kiabi sur ce coup là.


    Mais le pire, c'est que ces pratiques sont très répandues. Pas plus tard qu'hier, la page de Kadeos, qui faisant exactement la même chose, a brutalement cessé ses concours irréguliers en annonçant, je cite "En raison d'une modification des règles concernant l'utilisation des pages Facebook, nous sommes contraints d'arrêter prématurément notre calendrier de l'avent". Non, non, il ne s'agît pas d'une modification récente des règles de Facebook, ces règles étaient déjà applicables depuis bien longtemps quand Kadeos a démarré son initiative du calendrier de l'avent.


    Nombreuses sont les marques dans cette situation, espérons au moins que cet exemple leur fera prendre conscience du fait qu'il ne suffit pas de faire, il faut faire "bien", sinon la sanction peut être drastique. En l'occurrence, bien faire un jeu concours sur Facebook c'est le faire dans une application, comme ici sur la page de la FIA, ou ici sur celle de banque accord. Les raisons sont celles évoquées plus haut.


    Un conseil gratuit pour Kadeos et Kiabi : pour être informés des modifications des CGU (et autres changements fréquents) de Facebook, abonnez-vous à leur blog, vous ne manquerez plus rien :-)


    Le web social (et Facebook en particulier) est rempli de community manager stagiaires en herbe qui sont plein de bonne volonté mais manque un peu d'expérience. Mesdames et Messieurs les responsables marketing, ne laissez pas votre stratégie Facebook entièrement entre les mains de votre stagiaire, prenez un petit bout de ce budget media qui ne génère plus de ROI depuis longtemps et mettez le dans un professionnel ou une agence qui vous évitera de passer un encore moins bon Noël :-)


    Joyeux Noël !


    déc.
    8
    0.0

    Facebook Marketing: An Hour a Day

    • Par louis-affinitiz le

    Une excellente introduction au marketing sur Facebook par deux consultants américains pionniers dans ce domaine (dont la "célèbre" Mari Smith). Concret et pragmatique, cet ouvrage vous aidera beaucoup si vous devez convaincre votre entreprise de se lancer sur Facebook !

    Facebook Marketing: An Hour a Day

    Chris Treadaway (Livre)


    août
    13
    0.0

    Une news Facebook spéciale week-end du 15 Août ;-)

    • Par emeric le

    J'aime beaucoup découvrir les nouveaux usages communautaires émergents, et Facebook est un terrain de jeu foisonnant sur ce point !

    Comme le 15 Août est là et que vous êtes tous en vacances, je peux me permettre d'être un peu de hors sujet ;-)


    Donc, au grès de ma veille nocturne, je suis tombé sur cette page "fans" Facebook de la Police de Evsham Township (une ville Américaine) qui publie systématiquement sur son mur les photos (face et profil, ou "mugshot" en Anglais), de toutes les personnes arrêtées (drogue, cambriolage, alcool au volant et tout le toutim).

    Et les "fans" de commenter chaque photos ("oh elle a une bonne tête celle-ci" ou encore "avec une bouille pareille, pas étonnant qu'il se soit fait arrêté.").


    Hummmm, parfois j'aime le web social, parfois moins ;-)

    juil.
    13
    0.0

    Une étude passionnante de Paul Adams, responsable réseaux sociaux chez Google

    • Par emeric le
    • Dernier commentaire ajouté

    Cette étude est basée sur des réflexions et analyse sociologiques et non technologiques, elle est à mon avis extrêmement juste. Elle met en perspective la véritable organisation de nos réseaux sociaux et leur nature compartimentée avec l'organisation monolithique des solution Internet telle que Facebook.


    L'analyse est très juste et son auteur est un vrai passionné (et certainement très compétent!).


    C'est parfois bon de revenir aux réalités sociologiques car c'est un peu la base finalement!


    Personnellement, je comprend mieux les limites que je vois dans mon usage personnel de Facebook ou le trop grand mélange des genres (amis proches, famille, collègues, simples connaissances) a fini par me décourager d'y partager ma vie...


    Mais il n'y a pas de bonne alternative, donc en attendant, j'y reste !


    Il semblerait cependant que Google travaille sur la question en ce moment...

    juin
    9
    0.0

    Conférence MEDIA ACES - 22 Juin 2010 - 13h - Ecole Nationale d'Architecture

    • Par hkabla le

    Comment tout savoir de l'usage des médias sociaux en entreprise! http://bit.ly/aces220610

    Après la SOCIETE GENERALE, ERICSSON FRANCE, LE MUSEE DE L'INFORMATIQUE, MMA, la SNCF, VEOLIA, le MEDEF et HIGHCO DATA, venez écouter les témoignages des pionniers :

    - SOPHIE PARIS,

    - CCIP,

    - BLENDTEC,

    - ORANGE BUSINESS SERVICES,

    - GENERALI,

    - CEGOS


    Avec le participation de NEXT MODERNITY.


    Conférence MEDIA ACES du 22 juin 2010, de 14h à 19h, à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture - Paris Val de Seine http://bit.ly/aces220610


    Entrée: 30€ / gratuit pour les membres de l'association


    Conférence organisée par Hervé Kabla et Yann Gourvennec, co-fondateurs de Media Aces: http://france.media-aces.org


    N'hésitez pas à BUZZER cette conférence sur vos blogs, en pointant vers http://bit.ly/aces220610

    A vos souris !

    Un article de fonds sur les (r)évolutions annoncées par Facebook la semaine dernière. A lire si vous vous posez des questions sur ce que ces changements et nouvelles fonctionnalités vont changer sur le web désormais très social !

    mai
    2
    0.0

    FredCavazza.net > Facebook va-t-il révolutionner le web ?

    • Par emeric le

    Un long article de Frédéric Cavazza qui, décidément, n'aime pas beaucoup Facebook et la position dominante que le site commence à confirmer sérieusement.

    L'article est intéressant car il développe ses arguments avec beaucoup de détails, mais je pense qu'il est un peu trop critique. Il compare Facebook au "spray" des années 2010, Spray était certe un service à la mode en 2000, mais il était loin d'avoir connecté les internautes avec leur "vrai" réseau social (amis, relations...). C'est à mon avis cette particularité forte qui donne à Facebook des chances de succès que ses prédécesseurs n'ont pas eu.

    avr.
    13
    0.0

    La politique de radiation des comptes Facebook en question

    • Par emeric le

    Un article intéressant de readwriteweb qui pose clairement la question de la supression "abusive" de profils sur Facebook. Comme je l'avais déjà présenté ici concernant les mésaventures de la Fondation Abbé Pierre, les règles et procédures de Facebook quand il s'agît de supprimer des profils sont parfois un peu brumeuses.


    Cet article intéressant enfonce le clou en démontrant à quel point il est facile pour les utilisateurs de faire "lobby" pour faire fermer un compte et combien il peut être compliqué et difficile pour la "victime", si elle est "innocente", de rétablir son compte. A lire ! Dans le cas de la Fondation Abbé Pierre, une petite campagne de presse a permis de corriger les choses rapidement (voir ici). Mais tout le monde n'a pas le potentiel de sympathie de la Fondation auprès des journalistes.


    En tous cas, ici encore, la démonstration que Facebook c'est très bien, mais ce n'est pas chez vous. Baser sa stratégie de présence Internet uniquement sur Facebook peut être risqué...

    févr.
    5
    0.0

    Efficacité comparée d'un compte Twitter et d'une page fan Facebook

    • Par emeric le
    • Dernier commentaire ajouté

    La marque américaine de T-shirt personnalisés Threadless est très active sur le web social. Sa page Fans sur Facebook compte 102.000 fans et son compte Twitter est suivi par près de 1.500.000 de personnes. Les chiffres sont impressionants.


    La marque a récemment lancé un concours visant à proposer des réalisation en tricot et crochet représentant les visuels de certains de ses T-shirt. Le but du concours est de faire appel à la créativité de l'audience. Le site du concours qui est visible ici a été promu à la fois sur le compte Twitter et la page fans de la marque. Les résultats sont très intéressants.


    24H après la publication sur le compte Twitter et la page fans Facebook, le "taux de clic" vers le site présentant ce concours est de 1,08% (1.110 visiteurs sur 102.000 fans) depuis la page de fans Facebook et de 0,04% (232 visiteurs sur 1.500.000 followers) depuis Twitter.


    Les chiffres parlent d'eux-même. Pour promouvoir un service, un événement ou un nouveau produit, Facebook 1, Twitter 0. CQFD.


    Cela confirme ma position sur l'usage de Twitter, pour autre chose que de la diffusion d'offres promotionnelles alléchantes ou de contenu à valeur ajoutée vers une cible de niche, son usage n'a pas beaucoup de sens pour les marques.


    (voir l'article complet sur le sujet)

    janv.
    16
    0.0

    Comment la BNP a t-elle réussi à rassembler 130.000 fans sur Facebook ?

    • Par emeric le
    • Dernier commentaire ajouté

    Tout sur la manière dont la BNP a pu rassembler 130.000 fans sur Facebook en quelques semaines. Ce succès a fait beaucoup parler de lui mais il a une explication, je vous laisse la découvrir.


    Disclaimer : ceci n'est pas une critique de la BNP dont l'intiative peut être saluée à bien des égards, mais un "recadrage" sur la réalité de "fans" de marques sur Facebook dans certains cas...

    janv.
    15
    0.0

    Que choisir pour assurer la promotion de vos produits & services : Facebook? Twitter ou les blogs, forums et communautés?

    • Par emeric le

    Dans un article récent paru sur mediasociaux.com, Fred Cavazza nous expose son avis selon lequel l'information produit sur le web est finalement bien plus présente et pertinente sur les blogs et les forums que sur les réseaux sociaux facebook et Twitter.


    Il a en grande partie raison et ce, à mon avis, pour 3 raisons :

    - Facebook est encore à 99% une plate-forme privée, donc non indexées par Google et invisible de l'extérieur;

    - La limitation de 140 caractères de Twitter élimine, de facto, toute possibilité de donner un avis argumenté et illustré (lire que tel produit est "top" ou "super" ne sera jamais suffisant pour convertir à l'achat (l'inverse est vrai également je pense);

    - les blogs est forums offrent un contenu indexé sur Google (donc "trouvable") et suffisament de place pour argumenter (et donc fournir un avis utile.


    Son article me fait réagir sur un autre point : en ce moment, le grand "truc" est de répéter que la révolution des réseaux sociaux va permettre à chacun de bénéficier des avis de ses proches et amis à tout moment sur tous les produits ou services, et même en temps réels grâce à Twitter... En 2010, tout cela tient encore totalement de la science fiction. Si l'on part du principe que je suis parmi les "early adopter", aucun de mes amis n'est sur Twitter, exit les recommandations d'amis en temps réel, et de plus, les personnes que je suis sur Twitter ne mettent pratiquement d'avis sur des produits ou services autres que ceux liés à mon univers professionnel.

    Quant à Facebook, les recommandations ou avis sur des produits ou service sont très très rares (sinon inexistantes) dans mon réseau (pourtant relativement large).


    Alors que faire pour avoir un avis sur cette destination exotique que j'envisage pour mes vacances? Ce nouveau téléphone dont je me demande s'il est mieux que mon iPhone? Cette voiture d'occasion que j'aimerais acheter? ce livre que je veux lire? etc., etc. Eh bien, dans 99,9% des cas, les recommandations ne vont pas venir de mes proches et amis, elles vont venir de contenus trouvés sur le web suite à des recherches sur Google.


    Certes, dans 10 ans tout aura peut-être changé et cette habitude de 2010 sera peut-être morte, mais si vous voulez faire du business et trouver des idées pour promouvoir vos produits et services sur le web social en 2010, mieux vaut réfléchir sérieusement à une solution qui soit bien visible sur Google et qui permette vraiment à vos clients de parler de vous avec les bons outils.


    PS : Ne me faites pas dire ce que je n'aiu pas dit, Facebook et Twitter sont très utiles dans tout un tas de domaines, mais peu quand il s'agît de faire parler vos clients de vos produits et services.

    nov.
    15
    0.0

    Facebook : Mythes et réalités de son utilité pour les marques

    • Par emeric le

    Cette brèves présentation passe en revue en quelques pages les mythes et réalités de l'intérêt de Facebook pour les marques. Une première approche que je détaillerai lors de la worksession que j'anime le 23 novembre prochain chez Osereso...

    nov.
    14
    0.0

    Suites de l'affaire Fondation Abbé Pierre contre Facebook...

    • Par emeric le
    • Dernier commentaire ajouté

    A la suite de mon précédent article sur la manière dont la Fondation Abbé Pierre s'est faite désactiver son compte Facebook sans préavis ni explication, Facebook fais l'ire de la presse Française et je trouve cela plutôt encourageant. Après un article paru dans le Parisien ce matin, c'est l'AFP qui a pris le relais et a fait sont petit effet. Je vous laisse juger :


    Le Parisien : La Fondation Abbé Pierre délogée de Facebook


    AFP : La Fondation Abbé-Pierre évincée de Facebook


    Le Monde : La page de la Fondation Abbé-Pierre fermée par Facebook


    Libération : La fondation Abbé Pierre virée de Facebook


    Le Monde du Blog : Facbook ferme le compte Fondation Abbé Pierre


    France 2 : La Fondation Abbé-Pierre expulsée de Facebook


    Voila actu : La Fondation Abbé-Pierre disparaît de Facebook


    Le Télégramme : Fondation Abbé-Pierre. L'association évincée de Facebook


    Donc avant de lancer sa marque à corps perdu sur Facebook, faire bien attention aux risques encourus par le fait d'adhérer à un système et à des règles que vous ne maîtrisez pas toujours ;-)

    Ou alors orientez-vous plutôt sur une plate-forme web sociale que vous maîtrisez, comme affinitiz par exemple :-)

    A ce sujet, je vous encourage à visiter et rejoindre la communauté que nous avons mis en place pour eux sur www.jemanifeste.org !

    nov.
    10
    0.0

    La Fondation Abbé Pierre n'est pas la bienvenue sur Facebook...

    • Par emeric le
    • Dernier commentaire ajouté

    Dans la série "Facebook est-il la solution miracle pour amener les marques sur le web social", je vous soumets la mésaventure que la Fondation Abbé Pierre rencontre actuellement :


    Il y a quelques mois, très motivée à investir les media sociaux pour toucher les jeunes et mieux communiquer auprès d'eux, la Fondation Abbé Pierre franchi courageusement la porte des réseaux sociaux en ouvrant un compte Facebook et en lançant, avec l'aide d'affinitiz, une communauté de blogueurs militants contre le mal-logement : www.jemanifeste.org.


    Tout se passe merveilleusement bien de juin à octobre, les amis de la Fondation Abbé Pierre sont de plus en plus nombreux sur Facebook (près de 600 en 3 mois) et le trafic de la communauté de blogueurs grossi significativement semaine après semaine.


    Seulement voilà, il y a quelques jours, Facebook a décidé sans préavis d'aucune sorte de désactiver ce compte sans explication et sans motif. D'après les informations que j'ai pu obtenir, la raison en serait "trop de demande d'amis"... Cela me semble un peu léger...


    Il faut aussi savoir que le mail indiqué sur ce compte est un mail : xxx@fondation-abbe-pierre.fr ce qui démontre son caractère on ne peut plus officiel et sérieux. Mais j'ai bien peur que l'Abbé Pierre soit un illustre inconnu à Palo Alto et que le fait qu'il soit la personnalité préférée des français ne les émeuve pas plus que ça. D'ailleurs, après une semaine d'échanges intensifs d'emails avec eux, toujours pas de solution trouvée. Et une campagne de communication nationale est prévue dans peu de temps, rien ne dit que la solution aura été trouvée d'ici là :-(


    Pensez-vous que la Fondation Abbé Pierre aurait connu une telle mésaventure avec un réseau social français? Probablement pas...


    A méditer...

    Connexion
    Création d'un membre
    Création d'un espace
    Inscription à une communauté