Après 12 années d'existence, la plate-forme grand public d'affinitiz n'a pas pu atteindre l'équilibre financier et va malheureusement fermer ses portes le 30 avril 2014. Pour plus d'information, merci de vous référer à cet article de blog.
oct.
7

Hommes, femmes, intelligence : un travail dérangeant

  • Par mignoton le
  • Dernier commentaire ajouté
Les hommes sont en moyenne un peu plus intelligents que les femmes. Telle est la conclusion politiquement, psychologiquement et sexuellement très incorrecte que J. Philippe Rushton et al. tirent d'une étude sur 100.000 Américains ayant passé un test cognitif, le SAT (Scholastic Assessment Test). La différence est de 3,63 points de QI en faveur des jeunes mâles (sur une moyenne conventionnelle de 100 points, et avec un écart-type de 15 points environ, d'ailleurs un peu plus élevé chez les mêmes mâles que chez les femelles). En fait, plusieurs autres travaux récents avaient déjà trouvé cette différence. Garçons et filles ont le même QI jusqu'à l'adolescence (12-15 ans), mais les garçons creusent peu à peu l'écart. La raison en est sans doute une maturation plus lente du cerveau, qui leur permet de gagner sur le tard quelques connexions neuronales dans la matière grise. Cette différence de QI se retrouve dans tous les niveaux socio-économiques et dans les sept groupes ethniques étudiés. Rappel utile : ces mesure de moyennes sur des populations (échantillons larges) ne permettent évidemment pas de déduire des jugements individuels. Vous ne pouvez donc pas dire à votre copine ce soir : tu es moins intelligente que moi, cela signifierait que vous n'avez rien compris aux statistiques. Et que vous êtes probablement moins intelligent qu'elle. Mais ces résultats vont sans doute attiser les débats en cours aux Etats-Unis sur la rareté des femmes dans certaines postes scientifiques et techniques. Depuis un an que Lawrence Summers, président de Harvard, a suggéré que cette non-parité pourrait voir une base biologique, le psychodrame bat son plein outre-Atlantique. *** Males have greater G: sex differences in general mental ability A study of 100,000 17- to 18-year-olds on the SAT At each and every every level of family income, for every level of fathers¹ and of mothers¹ education, and for each and every one of seven ethnic groups, males had higher g scores than females A study of 100,000 17- to 18-year-olds on the Scholastic Assessment Test published in the September 2006 issue of the journal Intelligence, has confirmed a surprising new finding-that men have a 4- to 5-point IQ advantage over women by adulthood. Because girls mature faster than boys, the sex difference is masked during the school years, which explains why the sex difference was missed for 100 years. A study published in the September 2006 issue of the journal Intelligence analyzed 145 items from the Scholastic Assessment Test (SAT) in 100,000 17- to 18-year-olds and found a male IQ advantage of 3.63 points. It also found that the g factor--the general factor of mental ability underlay both the SAT Verbal (SAT-V) and the SAT Mathematics (SAT-M) scales with the congruence between these components greater than 0.90, and that it was the g factor that predicted student grades better than the traditionally used SAT-V and SAT-M scales. The male and the female g factors were congruent in excess of .99, and they favored males to an equivalent of 3.63 IQ points. The male-female differences were present at every socioeconomic level, and across several ethnic groups. The average male advantage was found "throughout the entire distribution of scores, in every level of family income, for every level of fathers' and of mothers' education, and for each and every one of seven ethnic groups," said J. Philippe Rushton, professor of psychology at the University of Western Ontario, one of the authors of the study. The paper's results dovetail with those from several other recently published studies showing that men--surprisingly--have a 4- to 5- IQ point advantage over women by late adolescence and early adulthood. Before that age the two sexes are equal in general intelligence. As such, the findings overturn a 100 year consensus that men and women average the same in general mental ability. Because girls mature faster than boys, the sex difference is masked during the school years. Since almost all the data showing an absence of sex differences were gathered on school children, this might explain why the sex difference was missed for so long. For decades, however, psychologists have accepted that men and women differ in their test "profiles," with males averaging higher on tests of "spatial ability" and females higher on tests of "verbal ability." These differences were assumed to average out. The authors of the study, psychologists Douglas N. Jackson and J. Philippe Rushton at the University of Western Ontario, conducted the study because two recent sets of observations had raised anew the question of sex differences in general intelligence. The first was that the general factor of mental ability--g--was found to permeate all tests to a greater or lesser extent. Thus, a "spatial" test may be relatively high on g (mental rotation) or low (perceptual speed), a "verbal" test may be relatively high (reasoning) or low (fluency), as may a "memory" test be high (repeating a series in reverse order) or low (repeating a series in presented order). More than any other factor, the test's g loading best determines a test's power to predict academic achievement, creativity, career potential, and job performance. Hence, the question of sex differences became formulated more precisely as: "Are there sex differences on the g factor?" Another set of observations concerned the sex difference found in brain size and the relation between brain size and cognitive ability. Studies published in 1992 at the University of Western Ontario by zoologist C. Davison Ankney, and also by psychologist Rushton, showed men average a 100-gram advantage over women in brain weight (and volume). A 1997 study in Denmark documented that men have 15% more neurons than women (22.8 versus 19.3 billion). Over two-dozen Magnetic Resonance Imaging studies have confirmed a brain-size/IQ correlation of about 0.40. So, if males average a larger brain, shouldn't they also average a higher IQ score? British psychologist Richard Lynn at the University of Ulster in Northern Ireland, and Paul Irwing at the University of Manchester found that adult men consistently average 4 to 5 IQ points higher than adult women in a series of recent large-scale studies using a number of intelligence tests in various countries. (Irwing & Lynn's most recent paper appeared in Nature on July 6, 2006.) Other researchers too have found a male advantage in general mental ability, including Prof. Helmuth Nyborg at the University of Aarhus in Denmark, who earlier this year was disciplined by his university for talking to the media about his "politically incorrect" conclusions. Prof. Rushton agreed that "these are unpopular conclusions." He said, "only more data can determine the true nature of sex differences in cognitive ability. However, people should not be made to feel afraid to study controversial issues." Prof. Rushton accepted that sex differences in general mental ability could help explain the "glass ceiling" phenomenon. But he also noted the paradox that although men may have higher IQ scores, women do increasingly well in school exams. It will be very hard to argue that selection bias caused the sex difference in this data set, the authors wrote. "That would require the assumption that there are hypothetical respondents who, if tested, would provide a compensating female-male advantage in g that would counterbalance the findings. They would have to be found at every level of SAT performance, in every level of family income, for every level of fathers' and of mothers' education, and for every ethnic group examined." ### Corresponding author: J. Philippe Rushton, Department of Psychology, University of Western Ontario, London, Ontario, N6A 5C2, Canada Email: Rushton@uwo.ca Tel: 519-661-3685 On the Web: Article pdf: http://www.ssc.uwo.ca/psychology/faculty/rushton_pubs.htm Full Citation: Jackson, D. N., & Rushton, J. P. (2006). Males have greater g: Sex differences in general mental ability from 100,000 17- to 18-year-olds on the Scholastic Assessment Test. Intelligence, 34, 479-486.

30 commentaires

Petite remarque

  • Par emmanuel-victor le
Je cite : "Garçons et filles ont le même QI jusqu'à l'adolescence (12-15 ans), mais les garçons creusent peu à peu l'écart. La raison en est sans doute une maturation plus lente du cerveau, qui leur permet de gagner sur le tard quelques connexions neuronales dans la matière grise. Cette différence de QI se retrouve dans tous les niveaux socio-économiques et dans les sept groupes ethniques étudiés." On pourrait également voir le fait qu'à partir de 12-15 ans les filles commencent à avoir les argas et que le débarquement des british a un effet négatif sur leurs tests de Q.I. Ledit débarquement est associé à un état normal de la femelle. Mais les coups de poing reçus dans un match de boxe ou la blessure par balle infligée en Afghanistant ne sont pas perçus comme des états normaux du mâle, mais comme des états sortant de l'ordinaire dans lesquels aucun test de Q.I. n'est subi par le mâle. Les mâles sont donc toujours en forme pendant les tests, mais pas les femelles... Qu'en pensent les nobles et rares mutants encore en éveil sur les ondes de la subversion du vivant ? .

ben faut voir

  • Par mignoton le
l'étude dit que les tests étaient faits pendant l'invasion des rouges, pour les filles ?

Ben voilà :

  • Par emmanuel-victor le
L’étude n’indique pas que les filles se soumettent aux tests pendant l’invasion. Elle ne dit pas le contraire non plus. Je ferais appel à la notion de « santé normale » pour étayer le point de vue dont je parle, et que je ne défends d’ailleurs pas à tout prix... Si tous les individus, femmes et hommes, évitent de subir un test de Q.I. lorsqu’ils ne sont pas dans un état de santé normal et si nous partons du principe que l’état de santé normal d’une femme est quelque peu inférieur à celui des hommes pendant une certaine période de chaque mois, nous pouvons déduire que les femmes sont désavantagées dans la mesure où elles subissent les tests dans un état de santé normal pour elles mais inférieur à celui des hommes pendant leurs argas - statistiquement parlant, cela va de soi. .

je crois bien

  • Par mignoton le
que sur de telles quantités (100 000), ça s'estompe non ? Je ne vous suis pas par contre là où vous dites que les règles sont l'état de santé normale pour les femmes. Qui dit ça, les Québécois ? Cela dit, l'influence des hormones sur le comportement est plus patente chez les femmes que chez les hommes. Entre le moment où elles ont leurs règles, leur syndrôme prémenstruel, le moment où elles chialent, le moment où il faut amener le morveux à l'école, où il faut les torcher, où les morveux ne font pas leurs nuits, le moment où elles font la vaisselle et le ménage...pitié ! Je militerai pourque jamais une femme ne passe de test de QI, c'est trop injuste !

mais encore

  • Par proces le
Y a t-il eu des tests pendant la grossesse? Durant cette période, nous avons affaire non seulement à un déchainement hormonal conséquent, mais aussi à un phénomène de recombination génétique -moment, s'il en est, ô combien favorable à la mutation. D'autre part, c'est perso, j'ai quelques doutes sur les tests de Q.I (il faut savoir que ces tests ne sont pas normalisés, je veux dire que les interprétations diffèrent selon les pays pour des résultats identiques).

sur la standardisation des tests de QI

  • Par mignoton le
Il existe sans doute certains biais empêchant de faire passer les tests de QI à des populations analphabétisées. Mais les tests standardisés permettent de mesurer efficacement depuis un siècle l’intelligence des enfants scolarisés des sociétés industrielles, et ce quelle que soit leur origine ethnique ou leur identité culturelle. Par ailleurs, les tests les plus corrélés au facteur g sont les Matrices de Raven. Ce sont des tests purement visuels, sans aucune référence culturelle (ni même aucun mot), faisant appel aux seules capacités d’induction et de déduction (Cooper 1999, Haddou 1999, Jensen 1998). Cooper C. (1999), Intelligence and Abilities, Londres, Routledge. Haddou M. (1999), Tests et évaluation de l’intelligence, Paris, Flammarion. Jensen A.R. (1998), The g Factor. The Science of Mental Ability, New York, Praeger. Extrait de QI et intelligence vus par Sciences et Avenir / Rapport du Bureau des Contre-Falsifications, 20 juin 2004.

Ouai ouai

  • Par emmanuel-victor le
« Je ne vous suis pas par contre là où vous dites que les règles sont l'état de santé normale pour les femmes. Qui dit ça, les Québécois ? » Je ne sais vraiment pas qui dit ça. Ça doit être un con ! Pour tout le monde, femmes comprises, les règles FONT PARTIE de l’état de santé normale de la femme. Une femme, réglée ou pas, ça marche ou crève. Pas de merci, c’est toujours en bonne santé ! ... Et il ne s’agit pas de relever une injustice quelconque, d’ailleurs, car s’il y en a un qui se fout de l’injustice, c’est bien Nous... ---------------------- L’étude indique : « Garçons et filles ont le même QI jusqu'à l'adolescence (12-15 ans) ». Hors c’est dans cette fourchette d’âge que les filles commencent à avoir les argas (sans avoir forcément de morveux à torcher ni de vaisselle à faire...). Conclusion : Ne serait-ce pas les argas qui seraient à l’origine de la différence de Q.I. mentionnée par l’étude ? Si c’était le cas, cette différence ne serait pas estompée sur 100 000 personnes, au contraire. Parce que si l’on part du principe que les argas font partie de la vie normale d’une femme, un certain pourcentage de tests serait subis par des femmes momentanément désavantagées. Cela pourrait expliquer la différence de Q.I., non ? --------------------

oui

  • Par mignoton le
mais dans ce cas, on va dire que les garçons sont désavantagés car c'est à cette époque qu'ils commencent à avoir des boutons et à devenir des obsédés sexuels car qui a dit que c'était facile de passer un test de QI la main dans le slip et la feuille toute pleine de pus de spots, hein, qui ? les règles sont la manifestation des changements hormonaux de l'adolescence, changements qui touchent, mais avec moins d'influence comportementale (opinion toute personnelle) les garçons Si on dit que les filles sont mal parties dans l'existence pour rivaliser avec les garçons, je dis oui Si on dit que notre société est fondée sur des valeurs et des capacités masculines, je dis oui Si on dit que les valeurs et les capacités masculines ne sont pas les meilleures, je dis non, enfin je dis oui et non, enfin je dis peut-être

Et puis ...

  • Par emmanuel-victor le
Et puis, il y a ça : « But [Professor Rushton] also noted the paradox that although men may have higher IQ scores, women do increasingly well in school exams. » L’étude a bien lieu en Amérique du Nord, non ? Alors faut-il apprendre ou rappeler au brave professeur Rushton que dans toutes les écoles ou universités Nord-Américaines, si un élève ou un étudiant est malade le jour d’un examen, il peut repasser un examen similaire un autre jour et que les filles sont les plus nombreuses à se prévaloir de ce privilège ? What did you say ? Paradox ? Hu ... Well ... Well ... .

la preuve

  • Par mignoton le
que dans toute fille sommeille une connasse

É bin

  • Par emmanuel-victor le
« car qui a dit que c'était facile de passer un test de QI la main dans le slip et la feuille toute pleine de pus de spots, hein, qui ? » É bin c'est Moi qui le dit ! Parce queue à 15 ans, Moi, je passais des test de Q.I. en faisant des concours d'éjaculation sous la table. Celui qui éjaculait le plus loin avait le droit d'en-Q-ler un copain (celui qui avait le plus petit Q.I.). .

damned !

  • Par mignoton le
Il y aurait donc un lien entre QI et puissance éjaculatoire ! Effrayant !

Hein ?

  • Par emmanuel-victor le
Vous me demandez si je me suis fait souvent enculer à ce jeu ? Non pas une seule fois. Et d'ailleurs c'est moi qui toujours enculait les autres...

La peur !

  • Par emmanuel-victor le
C'est d'autant plus effrayant que je n'éjacule plus très loin, Moi, ces temps-ci... Cela dit, le pouvoir d'éjaculation de certaines femmes est phé - no - mé - nal - ! ! !

et

  • Par mignoton le
y aurait il une correlation avec leur Q-I ??

p-tête bin qu'

  • Par emmanuel-victor le
Si l'on ne peut pas réallement affirmer que c'est peut-être certain on peut garantir sans équivoque que c'est certainement possible...

en tout cas

  • Par mignoton le
sans forcément prouver que c'est visiblement réel, on peut réaliser la preuve que c'est nécessairement visible

En attendant ...

  • Par emmanuel-victor le
Moi, je suis pour une détection précoce des éjaculateurs précoces. Mais pas les éjaculateurs précoces au sens d’un coït vite fait, là, entre deux portes, mais au sens d’un Q.I. élevé dès le plus jeune âge. Un hyper-élitisme favorisant la formation accélérée et bienveillante de tous ceux qui sur terre éjaculent dans leur plus jeune âge des super Q.I. à plus de 15 mètres est à mon avis nécessaire et urgent. Question : Quel est le plus jeune âge des génies potentiels révélés pas les tests de Q.I. ?

no lo se

  • Par mignoton le
mais les test de QI sont considérés comme non valables avant 5-6 ans après vous avez tous les phénomènes, J.S. Mill qui lit le grec à trois ans, Galton qui récite l'Odyssée à 6, Mozart, Pascal, etc. et bien sûr moi, qui avais lu tout Victor Hugo en CP.

Si vous voulez mon avis...

  • Par neeoh le
... les tests de QI, c'est vraiment une grosse connerie. Effectivement entre un QI de 30 et un QI de 160 il y a une difference visible (meme sans faire de test compliqué). Mais il a été prouvé par ailleurs que le QI n'était pas vraiment corrélé a la reussite sociale, sexuelle, ou intellectuelle et surtout qu'une difference de moins de 30 points de QI n'était pas discriminatoire sur la vitesse d'analyse ou la capacité d'abstraction, car les tests favorisent en général une analyse "visuelle", ce qui désavantagerait directement les auditifs ou kinesthesiques. bref, ce genre d'études n'a aucune valeur pour moi. Tils

cite tes sources

  • Par mignoton le
padawan

a vrai dire

  • Par neeoh le
je ne me souviens plus d'ou je tiens ca... voila un moment que le sujet etait clos pour moi. mais pour tes beaux yeux je chercherais et retrouverais mes sources (c'est du roots, qu'il nous faut, ouey!!!) tils

je l'ai toujours dit

  • Par mignoton le
la motivation sexuelle fait faire de grands progrès à l'esprit humain

Test

  • Par emmanuel-victor le
Moi, mon teste de Q.I. préféré, c'est celui-là : Sur la branche d'un forum débile, il y avait trois oiseaux : Pincemi, Pincemu et Pincemoi. Pincemi et Pincemu tombent. Qui reste-t-il sur la branche ?

effectivement...

  • Par neeoh le
pas grand chose

ah oui

  • Par mignoton le
il est débile notre forum ? ah ouais ? c'est ça ouais ?

Ah non !

  • Par emmanuel-victor le
Ce n'est pas le contenu du forum qui est débile, c'est son contenant. En laissant croire qu'ils voulaient améliorer leur interface, ces messieurs d'Affinitiz ont sans doute voulu faire un peu d'humour... .

heureusement ouf

  • Par mignoton le
sinon, t'aratagueule Oui en effet, l'interface est à chier debout parterre. Il se la pètent ergonomie, tu parles. Je veux qu'on me rende mon ancien forum ouiiiiiiiiin !

Alors voilà :

  • Par emmanuel-victor le
. « après vous avez tous les phénomènes, J.S. Mill qui lit le grec à trois ans, Galton qui récite l'Odyssée à 6, Mozart, Pascal, etc. » Une bonne mutation passe à l'évidence par ce genre de phénomène. Bien orientés, de pareils ou de pareilles génies devraient pouvoir trouver les solutions concrètes d'une accélération de l'évolution. « et bien sûr moi, qui avais lu tout Victor Hugo en CP. » Bon ! On en tient une ! Ne la lâchons pas ! .

c'est clair Norbert

  • Par mignoton le
Je ne me lâche pas non plus !

Connexion
Création d'un membre
Création d'un espace
Inscription à une communauté
Partage d'une publication
Modification d'une publication
Suppression d'une publication
Suivi des modifications d'une publication
Suivi des modifications d'un commentaire
Ajout d'un commentaire
Réponse à un commentaire