Après 12 années d'existence, la plate-forme grand public d'affinitiz n'a pas pu atteindre l'équilibre financier et va malheureusement fermer ses portes le 30 avril 2014. Pour plus d'information, merci de vous référer à cet article de blog.
févr.
9

femme de bipolaire

  • Par floman le
  • Dernier commentaire ajouté

Je m'appelle Muriel, je vie avec Thierry depuis presque 20 ans , nous avons deux enfts de 11 et 14 ans.

Sa maladie a été diagnostiqué il y à a peu pret 2 ans, il est en arrêt depuis ce temps la , a été hospitalisé 3 fois, cette maladie est tres dure pour lui et nous, nous avons depuis ces 2 années traversées bcp d'obstacle notre vie n'est pas évidente, cette maladie a volé mon hom il est devenue alcoolique etc....

Il y a 6 mois il a décidé de prendre un apparte et vivre sa vie seul sa faisait plus d'1 an qu'entre lui et moi s'etait devenue copain copine apres qu'il ait quitté le domicile conjugale j'ai rencontré quelqu'un j'avais besoin de revivre et Thierry ma demandé de laisser cet hom pour revenir avec lui tous en aillant notre habitation séparé et je penssais que notre couple se resoudrais hors il c'est inscrit sur un site de rencontre pour lui ma relation avec l'autre hom etait une tromperie mais pas pour moi puisqu'on etait séparé donc il a finie par rencontré une femme ce qui ma complètement rendue malade car j'aime a la folie mon hom , cette relation a durée 3 semaine puis 1 jour il ma demandé si je voulais bien le reprendre car il avait laissé cette fille et quand je lui ait demandé pk il ma répondu "elle n'est pas assé dispo" mais comme je tien a lui je lui pardonne il dit qu'il ma rendu la monnaie de ma pièce... depuis qu'il est revenue nous sommes tres heureux mais j'ai peur qu'il soit passé en phase maniaque.....


32 commentaires

réponse à Floman ,

  • Par morgan14 le

Bonjour et bienvenue ici .

J'avoue que je m'y perds un peu ds votre histoire .Il faut dire que j'ai 60 ans et que je ne suis pas toujours tout lol !!!!

Si je peux me permettre un conseil , privilégiez le bien être de vos enfants , le plus gd traumatisme c'est eux qui vont le subir .

Si ton mari accepte de se soigner normalement et régulièrement il n'y a pas de raison que vous ne puissiez reprendre le cours de la vie et oublier cette épisode douloureux et navrant .

Courage .


RE: réponse à Floman ,

  • Par mimanat le

Pour ajouter un commentaire, tout d'abord, les bipo (je parle pour moi) sont très pragmatiques. Et je comprends sa réaction. S'il est ds une phase maniaque, c'est très caractéristique ( trsè peu de sommeil; dépenses à tout va, changement radical d'humeur, énergie décuplée, sensation d'être invincible, d'être un personnage hors norme, au dessus des autres.) Si c'est le cas, il faut agir trsè vite car on vit des souffrances terribles.


femme de bipolaire

  • Par jp-bipoou le

Bonjour Muriel,


Tu as vécu une histoire difficile vindieu !!!

Je te dirais juste en tant qu'homme concernant (le jour ou il t'as demandé de le reprendre a cause que l'autre dame n'était pas assez dispo), et bien je pense au thème (la femme est la propriété de l'homme) Je ne suis pas féministe, je suis juste pour l'équilibre psychologique dans un couple.

Si vous êtes heureux maintenant c'est parce que tu équilibres la balance et je crois que ton couple ne tient que par ta propre volonté.

J'ai eu cette expérience avec ma première femme. Nous avons eu un enfant autiste et j'ai tenu pendant 17 ans.

Je tiens à dire que je ne suis pas psy, je suis simplement logique.


Courage ...

  • Par bipoadmin le

Effectivement tu as l'air de tenir ton couple à bout de bras !


Que de souffrances mais que de courage !


Comment envisages-tu ton avenir avec cet homme aujourd'hui et comment penses-tu que celui-ci pourrait éviter de nouvelles rechutes ?


Ne pas retomber malade est un travail permanent ... mais il ne faut jamais arrêter d'y croire !


Je pense à toi dans cette épreuve !


Bipoadmin.


Que de souffrances!!

  • Par brige1978 le

Bonjour, je suis nouvelle sur le site et mon mari est également bipolaire. Je surfe entre les hauts et les bas de mon mari aussi et c'est pas tous les jours évident. Je ne sais quoi dire car c'est assez personnel. Je peux simplement dire que je te trouve très courageuse et l'amour que tu as pour lui (et vice versa) doit être assez fort pour combattre cette maladie. C'est facile à dire mais mais on sait tous qu'il faut essayer de vivre avec. N'est-ce-pas. Je crois qu'il ne faut pas laisser cette maladie détruire votre couple mais encore faut-il qu'il accepte de se soigner correctement. Est-il conscient qu'il est bipolaire?



RE: Que de souffrances!!

  • Par brige1978 le

Bonjour,


Aujourd'hui j'avoue que j'ai touché le fond. J'ai fait une dépression réactionnelle et je pense avoir besoin de recul pour comprendre ce qui se passe dans ma vie. Je suis de nature positif mais là je suis desarmée face à cette maladie. J'irai au groupe de paroles des proches d'Argos pour essayer de trouver des solutions car je n'en ai plus. Je me pose des questions beaucoup de questions sur mon potentiel d'assumer et faire face à tout ça.


La chanson de W. Houston résume tout : One moment in time : Each day I live I want to be A day to give The best of me I'm only one But not alone My finest day Is yet unknown I broke my heart For every gain To taste the sweet I faced the pain I rise and fall Yet through it all This much remains...





RE: Que de souffrances!!

  • Par esperitou le

bonjour


je vis comme vous la descente en enfer depuis 3 ans ... et ce n'est que depuis peu que j'ai compris la maladie de mon mari. cela semble infranchissable et chauqe jour est plus dur, surtout là en phase maniaque ... je vais aussi essayer d'aller à une réunion d'argos... comprendre etme protéger ainsi que les enfans , il le faut.mais là c'est un cauchemar et depuis son retour de l'hôpital cela empire . je suis son bouc émissaire... il ment , me trompe et dépense de grosses sommes pour consulter des cartomanciennes sur internet. je ne sais plus quoi faire...


RE: Que de souffrances!!

  • Par kapussine le

Aie!

Pas évident à gérer.Ce qui est étonnant c'est qu'il n'aille pas mieux après son hospitalisation.Peut être est ce son traitement qui n'est pas adapté(à l'évidence c'est le cas).En tout cas va te faire aider,protèges ta famille.Parles en au médecin qui le suit.Au pire,il faudra qu'il retourne à l'HP pour qu'ils réajustent son traitement.Je sais en connaissance de cause que la manie est souvent plus "agréable" à vivre pour le malade que la dépression mais, pour l'entourage et à long terme cela entraîne des conséquences désastreuses pour tout le monde.

Courage pour cette épreuve.


RE: Que de souffrances!!

  • Par esperitou le

j'ai essayé à plusieurs reprises de voir ces psy... il a une psychiatre et une psychologue... les 2 m'ont éconduites avec des : que voulez vous savoir ? ya rien à ssavoir !!!

en fait il est parfaitement capable de sélectionner ce qu'il dit pour sauver son image ... bien sur il ne parlera pas des dépenses auprès de la voyante ou de ses mensonges avec sa maitresse... avec qui soi disant c'était fini... mais il est encore à la garder (dans un coin, en cas de besoin)... en même temps je le sens si mal... entre sésespoir et euphorie et cette crise entre nous est terrible car elle nous sépare alors que depuis des mois (phase dépressive), jele portais, je dirais comme un bébé avec amour et tendresse. pour lui tout cela n'existe plus... j'essaye de colprendre mais évidemment "ma logique" logique se heurte à sa névrose... je ne me résouds pas encore à réaliser TOUTES les conséquences... cela prendra du temps... et je ne sais pas si je pourrais supporter... si seulement il y avait alliance avec l'équipe médicale !


merci de votre aide


RE: Que de souffrances!!

  • Par kapussine le

Aie!

Pour avoir perdu mon premier compagnon et avoir failli perdre le second à cause de cette foutue maladie (et de moi aussi!)je peux entendre ta détresse et la comprends tout à fait.Tu à l'air de beaucoup tenir à ton compagnon mais il faut que tu te protèges!!!Mon conseil serait plutôt de te dire de prendre de la distance,physique ET émotionnelle.Ce que je peux te dire néanmoins pour sur ,c'est que moi, lors de mes crises et de mes hospitalisations,le corps médical à toujours été très coopératif avec ma famille et mon compagnon.Je pense que c'est important pour tout le monde.Et le truc,c'est que si il est en phase maniaque il est dans l'incapacité à comprendre les enjeux auxquels ils s'expose avec ses agissements même si il donne l'impression d'être cohérent ou même de te manipuler,ça fait partie de la maladie.Moi je te conseille donc de prendre de la distance et d'attendre que son traitement agisse afin qu'il reprenne ses esprits et de la, mettre les choses à plat.


RE: Que de souffrances!!

  • Par esperitou le

si je te comprends bien, pendant la phase maniaque il ne serait pas "responsable " de ses actes ou de ses paroles ?!

mais comment vit-on alors ? car en dépression aussi, il fait des conneries dingues , quand ce n'est pas une TS...

puis après c'est l'agressivité tant son "euphorie" ne doit pas être contrainte, quelques soient ses folies ? Ses paroles sont dures, il semble ne rien sentir des émotions des autres ... je suis "la cause de tout" , critiquée jusqu'à en être même agressée, et évidemment je finis moi même par craquer et exploser...

j'ai l'impression d'être démolie et je me sens sans espoir...


Le pire est de savoir que voilà , même s'il était possible de le "stabiliser" cela va forcément recommencer car il ne fait rien pour changer de vie et avoir demain un travail moins stressant (bien au contraire, car là il se sent capable de choses impossibles)

Comment font les conjoints ??? combien de couples peuvent tenir ?

Et alors comment ?

A quel prix ?


RE: Que de souffrances!!

  • Par zeboulet le

Bonjour,

Mon expérioence avec mes diverses compagnes durant ces 20 dernières années :

Pour résumer :

- Tant que je n'ai pas accepté d'avoir besoin d'aide, y a rien que mon entourage n'a réussi à faire pour m'aider (Juste pour info : Je ne fais pas de 'crises' de type maniaque, Je suis un Type 2 Cyclimaniaque et Champion de france de la Procrastination)

car,

- Je n'avais pas accepté que je n'allais pas si bien que cela

et,

- que je n'arriverais pas seul à m'en sortir.


En regardant en arrière, j'ai fait plus de mal que de bien.


Conslusion : il faut que les compagnons des Bipolaires se préservent pour que nous les tirions pas dans nos dépressions qui peuvent être profondent (ce point de vue est strictement personnel)

Attention : se préserver ne veut pas dire de claquer la porte et partir en laissant une personne seul en souffrance.


Néanmoins, je reste persuader qu'il faille que tu te protège (je suis ouvert à la critique si ce que je dis est erroné à votre point devue)


Maintenant, si tu aime cet hom, si tu as de bonnes raisons de te battre pour lui, il faut y aller. Tu peux être sa seule chance (ou non d'ailleurs, car le problème peut être complex). Mais comment ? alors là aucune idée ... chacun son cas ...


Perso : j'ai trouvé un phare, une bouée à laquelle me raccrocher pour me confier. C'est une voisine. Une Femme formidable. J'ai ENFIN trouvé quelqu'un à qui me confier, une sorte de 2ème maman ( mais il faut en plus un PSY indispensable et un traitement que j'espère efficase dans mon cas, car je le commence à peine).

Et afin de protéger cette personne, vu que je suis capable d'attirer les gens avec moi dans mon malêtre, j'ai demandé à son mari, discrètement, de me signaler à moi et sa Femme s'il se rendais compte que cela se produisait.


Je pense que tant que nous avons pas accepté que nous avons besoin de toute l'aide possible, nous sommes 'autiste' à tout traitement (c'étant mon cas en tous cas)


Je ne suis pas certain d'avoir été si clair que cela ...

En espérant que cela puisse aider ...


Virtuellement,

ZeBoulet



Pour compléter

  • Par zeboulet le

Pour compléter :

Une fois, une Femme est partie en claquant la porte.

Je la comprends.

Néanmoins, elle n'aurait probablement pas du m'abandonné complètement.

c'est facile à dire avec le recul. Car à l'époque, est-ce que j'aurais accepté son aide ? je ne sais pas. cela dépend probablement de la manière de me l'apporter. Mais est ce que j'étais ouvert à la recevoir ? je ne suis pas certain.



RE: Que de souffrances!!

  • Par vg69 le

la maladie peut expliquer pas mal de choses et surtout certains comportements déviants que l'on doit "pardonner".


mais derrière la maladie il peut y avoir aussi des problémes de couple. difficile de faire la part des choses mais vous ne pouvez pas tout accepter. pourtant c'est à vous de poser les limites. sachez qu'être bipolaire ce n'est pas être infernal tous les jours ni obligatoirement de tromper sa femme ! (certes la sexualité peut être débridée mais uniquement durant une phase maniaque) si c'est le cas des questions doivent se poser. y compris par rapport à votre comportement à vous. un couple c'est toujours deux pers. peut être avez vous l'habitude de trop subir, je ne sais ?


certains pys refusent en effet de recevoir l'entourage, surtout sans le patient. peut être pourriez vous aller chez un psy mais pour vous. il vous guidera vous et sera à même de vous expliquer le comportement à avoir avec votre mari. vous y verrez ainsi plus clair.


courage !


En fait, c'est cool vos commentaires ...

  • Par zeboulet le

Ce que j'aime ici, c'est qu'à chaque question, chacun a un avis. Parfois identique, parfois différent. Si on en fait la somme, y compris dans les nuances, on a quans même une réponse bien ... comment dire ... complète.

OOn peut du coup se faire un bon avis.

Et je trouve cela cool au finale.

Un p'tit post positif, juste pour se faire du bien ;-)

;-))))


réunion chez ARGOS 2001

  • Par esperitou le

aujourd'hui j'ai rencontré un groupe de "proches" , parents, conjoints de bipolaires... chez Argos.

Cela m'a au moins montré que d'autres vivent les mêmes questions et incompréhensions que moi... que nous cherchons à sortir d'une souffrance qui nous dépasse.

Au delà des pbs de couple (comme n'importe quel couple) soudain, cette maladie vient jeter un voile empoisonné sur les relations...

rien ne veut plus rien dire et le mot aimer semble encore plus complexe et mystérieux qu'avant et tellement plus difficile...

je ne sais justement pas où est le chemin..... partir ? rester ?

oui me protéger ! mais pas si simple quand on est au coeur de la chose et que rien ne "garanti" plus rien, ni le présent ni le futur !!! et qu'au delà du hasard ou du destin, la volonté de l'autre est sous la tutelle des allées de sa maladie.

Aujourd'hui mon seul espoir serait qu'il la reconnaisse pour l'accepter afin de mieux la maîtriser et de ne plus en être esclave !

je dis oui c'est mon espoir...

merci à vous tous de vos réponses


RE: réunion chez ARGOS 2001

  • Par zeboulet le

Bonsoir,

Pour ma parft tout est résumé dans cette phrase :

"Aujourd'hui mon seul espoir serait qu'il la reconnaisse pour l'accepter afin de mieux la maîtriser et de ne plus en être esclave !"

C'est le point de départ d'un début de solution ...

Cà a été mon cas.

Virtuellement

ZeBoulet


RE: réunion chez ARGOS 2001

  • Par 14071951 le

en rejoignant ce groupe de proches d'ARGOS ,tu es sur la bonne voie Esperitou.


cette semaine

  • Par esperitou le

Cette semaine fut terrible.

Je réalise que si mon mari est dans le déni, quelque part moi aussi, puisque je ne fais pas comme "s'il était malade" et j'ai encore essayé de communiquer "normalement", de comprendre le pourquoi du comment , entre autres de toutes les trahisons et mensonges subis, de tout ce qui détruit notre couple.

Je ne sais pas y faire . Ces médecins ayant fermé la porte entre nous depuis le premier jour ... et lui préfèrant être dans le déni même s'il a parlé clairement de sa bipolarité à un ami à lui

et moi qui ait toujours besoin de clarté et de transparence !

Mais après ces 6 derniers mois qui vont de mal en pis et passant violemment de la déprime totale à la phase maniaque avec cette animosité et son comportement glacial, loin de toute expression d'amour , ou d'amitié mais au contraire dans la non reconnaissance, et l'accusation :"tout est de ma faute !"


cette fois je plonge fort...

car à trop prendre de coups, je tombe, je me sens m'écraser.

peut être de là viendra le lâcher prise ! accepter, ne plus chercher à comprendre...

mais aussi la souffrance est grande

aujourd'hui depuis un mois j'ai perdu 5 kg...

car je ne peux rien manger... mais je m'y oblige...

j'essaie de tenir pour mes enfants.

mais là mon coeur est littéralement en larmes , liquide à force d'être broyé.........

je dois faire le deuil

de cet homme,

de notre histoire

de ce que j'ai aimé

de ce que j'ai cru

de mon rêve, mes rêves

de mon histoire d'amour, qui sûrement n'avait quasi rien de réel !

faire le deuil de tant de choses


mais aussi dépasser mes peurs

ce vide devant moi

qui me happe et me terrorise

où aller ?

quand ?

comment et pourquoi ? et vers quoi ?

avec quelle force

comment faire pour mes enfants ?


aujourd'hui ma tristesse est telle

que je n'arrive pas à quitter mon lit..

je me sens sans force

sans désir

sans envie

je sais : ça s'appelle une dépression.

Il y a 2 ans alors qu'il revenait de 3 mois d'hôpital après 2TS , j'ai fait une dépression ... il ne m'a pas aidé, mais ignoré et je me battais seule avec moi même. Lui était en permanence provocateur, si souvent dur et avec un comportement cynique ... je ne savais pas qu'il était en phase up... je ne connaissais rien encore de sa bipolarité, alors j'étais plutôt en colère. Il est parti ! trop content de prétexter de mes réactions !

nous y sommes de nouveau ...

un remake de remake !

Voilà pourquoi j'ai de moins en moins d'espoir, car tant qu'il est dans ce déni , RIEN ne pourra changer !

Il refait aussi les mêmes erreurs dans son travail, et se jette de nouveau dans un speed infernal dans son travail... toujours cette fuite en avant ,


Voilà ce jour où j'en suis

merci de vos témoignages...je sais aussi combien de compagnes et compagnons souffrent et sont désemparés.


RE: cette semaine

  • Par zeboulet le

Bonjour,

Je n'ai pas lu ton post entièrement (désolé, pas le temps, je profite que j'ai un peu d'ennegie pour ménager)

Pour résumer :

- Préserve toi.

- Aide le si tu l'aime, et s'il faut, séparez vous, mais aide le (si la Femme que j'aimais m'a quitté, mais m'aurait aidé, je lui en aurait été reconnaissant)

- Reste calme.

- Essaye d'écouter

- Il faut qu'il parle.

- Comme je le disais, il faut qu'il accepte (soins, traitement, psy, parler, s'améliorer) sans cela. c'est mort (c'est mon avis)


Par contre,

La maladie ne pardonne pas tout.


Je prendrais le temps de détailler, mais un autre conseil, lis bien tous les commentaires et publicatiuon de ce site.

çà m'a aidé.

Est ce que cela t'apportera des réponses ? Je ne sais pas.


Amicalement

ZeBoulet


RE: réunion chez ARGOS 2001

  • Par luxy le

j'ai été diagnostiqué bi polaire il y a 7 ans, après plusieurs psy un traitement à été adapté au bout d'un an.Je vivais en couple mon conjoint a été présent la première année mais au fil du temps voyant que je ne serai plus jamais la mème celui çi c'est renfermé sur lui mème et m'a totalement rejetté. Aujourd'hui il est parti je suis seule avec mes 2 enfants (dont une ado) et ma maladie...existe t'il vraiment une manière de nous comprendre et de pouvoir supporté nos périodes "de crises". pour moi je ne le pense pas, cette maladie nous coupe du monde et fais fuir tout partenaire un jour ou l'autre...quoi que vous puissiez faire


RE: réunion chez ARGOS 2001

  • Par luxy le

merçi Eliane de me dire que tout n'est pas perdu et qu'il existe des personnes hommes ou femmes qui peuvent nous comprendre et mème mieux nous apprécier. Je suis d'accord pour correspondre avec toi, mon monde est très restreint je vis dans une bulle avec mes enfants, mes animaux (une véritable passion) et mon travail quand j'arrive à y aller. a bientot j'espère.


luxy


RE: réunion chez ARGOS 2001

  • Par moi74 le

cela fait deux ans que tu as posté ce commentaire... je suis exactement dans ce cas de figure! compréhenison... incompréheniosions.... crise, pas crise... haut et bas (car effectivement quand on est soi-disant-normal on en a) que faire pour aider, s'aider, aider l'autre, aider les enfants qui vivent cela.... qu'as-tu fais/qu'avez vous fait pour vous en sortir?

Une un peu desesperée d'être trop patiente....


bienvenue Moi74

  • Par banzai2010 le

je comprends ton "errance"... entre compréhension et in...

ce n'est pas toujours aisé de garder patience face à une personne bipo... nous avons tous besoin de nous "extérioriser"...

je suis "stabilisée" il parait et ce que j'ose croire... (grâce aux médicaments et à un encadrement thérapeutique). C'est pour cela que je me hasarde à te répondre "toi du camp adverse".

Pour toi, je pense que tu as une excellente réaction en essayant de mettre des mots sur ton ressenti... continues!

Je n'ai que mon vécu pour te parler des enfants... aussi je n'ai qu'une chose ou deux à te confier : amour et sincérité... Ils t'en seront reconnaissant... mais on sent déjà que tu es remplie de ces qualités...

courage!




comment aller du déni à l'acceptation et la reconnaissance ???

  • Par esperitou le

voilà je pose cette question qui me paraît fondamentale...

comment donc une personne souffrant de bipolarité pourrait elle passer du déni à l'acceptation et enfin pouvoir communiquer et collaborer à sa guérison avec ses proches, son conjoint avec bien sur l'aide dezs médecins ....

comment sortir de ce déni qui n'est que porteur de récurence et qui enlève tout espoir...

merci d eme dire vos expériences comme proches ou comme bipolaires


RE: comment aller du déni à l'acceptation et la reconnaissance ???

  • Par kapussine le

Malheureusement,cela prends en général du temps et se fait dans la douleur.Moi j'ai accepté la maladie quand j'ai réalisé le mal que je pouvais faire autour de moi et les échecs qui en ont résulté.Quand j'ai compris que j'allais tout perdre encore une fois ,j'ai eu un déclic et j'ai finalement accepté le diagnostic ,et surtout le traitement.

Je n'avais plus le choix.

Mais je me souviens qu'avant cela, j'ai été hospitalisée et tellement convaincue que l'on voulait me "droguer" à mon insu ,que dès que j'avalais le traitement que l'on m'administrait,j'allais le recracher aussitôt dans les toilettes.

Cela aura duré environ 5 ans mais je sais désormais que si j'avais été plus coopérative avec le corps médical ,j'aurai pu éviter bien des souffrances.


Cela dit,je tiens quand même à dire que ma bipolarité ne m'a pas tout de suite été diagnostiquée et j'ai probablement été mal soignée à une période de ma vie,entraînant des prises de poids énormes(20kilos en qques semaines,des troubles cognitifs très importants ect...)


Les choses ont commencée à aller mieux lorsque l'on a mis un nom à mon mal être,en dédramatisant ses symptômes et surtout en m'expliquant clairement les choses quant à la nécessité de prendre un traitement(aussi petitement dosé soit il).

Mais une des conditions, c'est l'acception de cet état par la personne concernée.Sans ça,impossible selon de revenir à un train de vie " normal".Au mieux,on survit.


Pour conclure donc,ce qui a déclenché en moi cette prise de conscience c'est quand mon entourage à commencer à ne plus faire de concession et que l'on m'a mise fasse à mes responsabilités.

Après chacun peut réagir différemment.


Bon courage en tout cas.


RE: comment aller du déni à l'acceptation et la reconnaissance ???

  • Par banzai2010 le

C'est au nom de mes enfants que moi j'ai accepté ma maladie (je le dis enfin!). pour l'amour qu'ils m'ont prodigué... pour le soutien qu'ils m'apportent.


Mais la reconnaissance est encore loin. Il me paraît inaccessible ce jour où je ne dirai plus, telles les paroles dans la chanson de FERRA (pour ne pas le citer) "comment peut on s'imaginer qu'un vol d'hirondelles annonce le printemps?". Moi Je demanderai encore et encore "quel est le phénomène annonciateur de mon futur UP...? et (ou) celui de mon prochain DOWN...?"

Et l'état mixte? comment détermine-t-on son prochain départ ou son arrêt?;.. (et les intermèdes?)...


Et oui du déni à l'acceptation, il suffit d'un déclic : un amour, un refus de concession...

Il est vrai, j'ai eu la chance que vous me réconfortiez et m'aidiez à trouver son cap.


Mais le chemin de la reconnaissance est plus long... (du moins pour ma part).


Alors courage ESPERITOU

pour nous aussi ce n'est pas facile


Amicalement

Banzaï....


RE: comment aller du déni à l'acceptation et la reconnaissance ???

  • Par zeboulet le

Bonjour (je crois qu'on dit bonjour à 4h du matin ;-)

Je pense que mon cas est différent de celui de kapussine, mais elle à très bien résumé ce qui a déclenché mon acceptation dans son premier paragraphe.

Et mettre des mots sur mon mal-être a été une véritable révélation, mais il faut être prêt.


Virtuellement

ZeBoulet


RE: comment aller du déni à l'acceptation et la reconnaissance ???

  • Par esperitou le

Le traiter "comme un malade" est très dur ... très , car d'abord il est dans ce déni , puis moi même je n'ai pas totalement "intégré" et compris les conséquences et tous les symptomes.

Nous en sommes à la rupture, qui parait inévitable ...mais j'ai peur pour lui car il ne fait qu'agir n'importe comment dans son travail en pensant sortir sa boiite de la faillite mais ainsi il va encore creuser ses dettes et alors ? redéprime inévitable ... comment l'arrêter ? je ne sais pas. ma thérapeute me dit "on ne peut sauver quelqu'un qui ne veut pas être sauvé" !!

Bref l'aider est une gageure car tant qu'il est dans le déni il ne va pas chercher l'aide vers ceux qui l'amènerait vers sa réalité. Il a besoin de ceux qui écoutent "neutrement" de ceux à qui il peut raconter son baratin , celui qui lui permet de sauver son image !!! il ne peut aborder de front sa maladie... mais pendant ce temps c'est l'enfer avec lui à la maison car les ados . sont encore plus perturbés et leur comportement d'ados est exacerbé ! Son fils à lui déconne à bloc (jusqu'à dealer) et j'encaisse tout... quand à mon mari à la maison il est le 4ème ado et pas des moindres ! voilà un résumé qui ne donne qu'un tableau partiel de ce quotidien...

je vis au jour le jour.... cette nuit j'ai dormi à l'hôtel, tant je me suis sentie mal et diffamée... je ne suis que "l'emm..." celle qui pose les limites et qui voit la réalité ! qui essaie de garder un semblant de cohésion familiale, de faire que le lieu de vie reste correcte et non un bordel d'ados. qui esaie de guider ces ado. , leur éviter les pires bêtises ! oui mais voilà : le comportement irréaliste et irresponsable de mon mari qui avale tous les mensonges de son fils (normal, il affabule encore plus que lui !) fait que cela devient impossible !

PS : pour Zeboulet, j'ai mis quelques lignes sur mon profil...


RE: comment aller du déni à l'acceptation et la reconnaissance ???

  • Par zeboulet le

Bonjour,

Effectivement ...

Dans ce cas, protèges toi ...


Perso, il m'a fallu une bonne baffe pour que je comprenne et accepte que je n'allais pas bien.

Peut être que lui aussi en a besoin ?

Et si tout bascule ainsi, va au moins voir une assistante sociale. Préserves toi ... et dis lui tout. Elle pourra te conseiller.


J'ai moi même dealer du shit ados, en dehors du fait de foutre son adolescence en l'air, y a rien à faire, il comprendra avec le temps que c'était pas bien. (espérons)


Ton mari ira droit au mur, çà me semble évident.

Ne tombe pas avec lui.


Et pour son bien ... une hospitalisation à la demande d'un tiers ? (perso, je n'aurais pas supporté, mais est ce que cela m'aurais mit une basse suffisante ?)


Pour son fils, un tour chez les flic ? lui ferra il pas du bien ?


Bref,

Ce que je veux dire, c'est soit tu te préserve et tu te tire,

Soit tu te préserve, restes, et prends les choses en mains, mais il faut que tu leur foutent des 'électrochoques' (au sens figuré) pour qu'ils se réveillent ...

Soit tu reste et subie (pas bien)


Je sais que c'est facile de donner des conseils ...


Dernier conseil,

Suivant le type d'activité qu'il fait, faut qu'il évite d'aggraver sa situation, perso, je suis monté à des dettes de fous ... donc il faut impérativement l'empêcher de s'endetter à vie ...


Courage !!

Et préserve toi.


Virtuellement

ZeBoulet


P.S. : cool pour ton profil ;-)))))




RE: comment aller du déni à l'acceptation et la reconnaissance ???

  • Par mimanat le

Bonjour, je reprends le forum en route, mais je reconnais en ton mari tous les symptômes de mon fils déclaré schizophrène et qui est dans le déni total de la maladie et donc, avec tout ce que cela implique (impossible à gérer) instabilité totale. Il n'est pas fou,mais la pensée par ds tous les sens. Il ne peut pas vivre tout seul. (alccol, errance, pas de but etc...)Moi, qui suis bipolaire, je suis sa psy, sa "nonou", son garde-fou. Je ne me reconnais pas du tout ds les cas de bipo que je peux lire ds les forums. Je suis stabilisée depuis 3ans (j'ai 54 ans) et j'ai toujours eu une vie normale avec un travail, une maison (que j'ai acheté toute seule) très indépendante,la tête sur les épaules . Bref, j'ai jamais posé problème. Du coup; j'ai arrêté la psychotérapie qui ne m'apporte rien. Les problèmes sont toujours là, et c'est a moi d'essayer de les régler commre je peux. Quand mon fils est à la maison, c'est l'enfer (pas tout le temps, heureusement, car il est d'un naturel calme) mais quand il part en vrille,c'est impossible. Mais il faut tout lui dire (lave toi, range tes affaires, aide-moi à mettre le couvert) j'essaie de le faire participer aux activités de la maison et autre. Sinon, il est ds sa bulle et reste ds sa chambre des journées entières. Il sort juste pour manger,(toutes les heures environ) je pense que c'est le traitement. (qu'il prend quand je suis là).

Pour en revenir à ton mari, il faudrait que tu l'amènes à consulter (d'abord le généraliste)c'est ce que j'ai fait avec mon fils. Et ensuite un psy. Pour aborder le problème, demande lui ce qu'il pense de sa vie actuelle, s'il est heureux, quels sont ses projets, s'il veut que la situation change, s'il se rend compte du mal qu'il fait autour de lui. On dirait que ces malades n'ont pas de sentiments, que rien ne les touchent. Il sont centrés sur eux-mêmes. Ils sont ds la souffrance, mais ils ne voient pas la souffrance des autres.

Mon fils est reparti depuis 3 jours, et pas de nouvelles. Je lui laisse un message (il dit que personne ne l'appelle) en lui disant que je m'inquiète et qu'il m'appelle) Et il m'a rappelé ds la journée. J'ai eu raison d'insister et de lui dire mes sentiments. D'habitude, je tombe sur sa messagerie et soit je raccroche, soit je lui dis juste "rap. moi". Et il ne rappelle jamais. Ber, voilà qq conseils qui j'espère, t'aideront.


RE: comment aller du déni à l'acceptation et la reconnaissance ???

  • Par da2009 le

Juste un petit commentaire... bien tardif!

Acceptation oui, résignation non. Accepter c'est faire face pour surmonter et si possible dépasser. A cela j'ajouterai que mes connaissances limitées m'incitent à dire qu'il n'y a pas deux chemins similaires. D'une certaine manière, c'est déroutant car l'on aimerai connaître les "recettes" de la guérison ou de l'équilibre retrouvé mais par ailleurs c'est l'espoir toujours présent que jamais rien n'est joué tant que les troubles persistent. Après 7 ans de cheminement courageux, mon enfant a une vie autonome que beaucoup de jeunes lui envieraient. La science ne connaît pas encore le chemin (elle finira par y arriver) mais l'essentiel c'est d'être en chemin.

Bien amicalement


Connexion
Création d'un membre
Création d'un espace
Inscription à une communauté
Partage d'une publication
Modification d'une publication
Suppression d'une publication
Suivi des modifications d'une publication
Suivi des modifications d'un commentaire
Ajout d'un commentaire
Réponse à un commentaire